ArGENTON l'EGLISE

Eglise Argenton l'Eglise

Traversé par l’Argenton et bordé à l’est par le Thouet, Argenton-l’Eglise, depuis son association avec Bagneux, est devenu, avec près de quinze cents habitants répartis sur 2584 hectares, la deuxième commune du canton.

Dès 1096, une bulle du pape Urbain II  mentionnait Argentum qui, en 1403 devint, pour un temps Argenton-les-Eglises, la paroisse en plus de celle du bourg en possédant une autre au prieuré de Cléré.

Placé sous le patronage de Saint-Hilaire, Argenton, compris dans les marches communes de l’Anjou et du Poitou, dépendait de l’élection et du doyenné de Thouars et relevait du gouvernement militaire de Saumur.

Empruntant, au IVème siècle, la voie romaine de Poitiers à Angers pour aller visiter ses parents, Hilaire, évêque de Poitiers, franchissait l’Argenton à Villegué et le Thouet à Prailles.

Au début du XIXème siècle, on découvrit dans le bourg des cercueils en pierre renfermant des vases funéraires. Des monnaies romaines de Claude et de Jules César ont été recueillies dans le lit de l’Argenton près des restes d’un pont antique. Elles y avaient été jetées, en hommage à la nymphe, à une époque où existait un véritable culte des eaux.

 

L’EGLISE SAINT-HILAIRE

Restaurée et agrandie au XVIIème siècle et pourvue postérieurement de bas-côtés, l’église Saint-Hilaire était précédée d’un clocher porche.

Sa nef centrale est du XVème siècle. Les nervures de sa voûte ogivale retombent sur des consoles décorées de feuillage  et de petits personnages.

Les cultivateurs venaient autrefois demander à Sainte-Néomaye, représentée dans l’église en bergère filant  sa quenouille, la guérison de leurs animaux domestiques    et les femmes enceintes s’agenouillaient devant sa statue pour obtenir une heureuse délivrance.

 

 

 

 

 

 

 

 

GUSTAVE EIFFEL ET LE CLOCHER D’ARGENTON

 

En 1817, l’église d’Argenton fut dotée d’une deuxième cloche. Soixante   et onze ans plus tard, en 1888, le maire et l’assemblée communale, informés que le conseil paroissial refusait de prendre en charge  les frais nécessités par la mise en place d’une troisième cloche et considérant que les dégâts pouvaient en résulter du fait de l’hypothétique solidité de l’ouvrage, adopta la même attitude.

Mais le curé, disposant de fonds de réserve, y ajouta le produit d’une souscription paroissiale   et réalisa, sans autorisation, l’édification du beffroi.

L’autorité préfectorale étant intervenue, il fut décidé de faire appel à un spécialiste.

Gustave Eiffel, qui construisait alors à Paris sa célèbre tour, vint en personne constater la solidité du clocher. Il donna un avis favorable. Et c’est pourquoi la place de l’église porte son nom.

 

DE FIEF EN FIEF

 

  • CRESLES – En 975, Guillaume, duc d’Aquitaine, légua la terre à Cresles à l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers. Elle comprenait, entre autres, un moulin sur Argenton.

  • CHAMPIGNY – Le logis de la Vergne, possédé a XVIIème siècle par les Camp, faisait partie de ce fief.

  • LE COUDRAY appartenait en 1222 à Olivier Penet et, en 1680 à l’écuyer Alexandre Cantineau.

  • LA ROCHE – Rien ne subsiste de l’ancienne « Roche d’Engrailles », appelée plus tard du nom de son propriétaire, la « Roche Caillonneau » où a été édifiée une habitation moderne.

  • C’était au Moyen-Age une enceinte fortifiée défendant le passage de l’Argenton.

  • Ses hôtes prirent le titre de seigneur à partir du XVème siècle. Ils disposaient du droit de présentation et de patronage à la chapelle Saint-Martin, bâtie dans le cimetière paroissial.

  • Possédé au XIIIème siècle par les Le Sault, la Roche devint la propriété des Serpillon, des Caillonneau, des de Falloux qui, en 1231 fondèrent à Thouars le couvent des Capucins. En 1621, Julie Bernardeau de Salvert vendit le domaine aux de La Haye-Montbault qui, après l’avoir cédé aux Juchereau, rachetèrent la Roche en 1770 et la revendirent en 1823 à Denis Guényveau.

  • LE SAULT – Ce fief relevant de Thouars, Pierre et Guillaume du Sault, en 1520, léguèrent une partie de leurs biens au prieuré Saint-Michel et à l’abbaye du Chambon. Leurs descendants les imitèrent.

  • VAUZELLE – Les seigneurs de Thouars firent don du fief aux fondateurs de l’abbaye de Saint-Laon. Le domaine appartenait, avant 1396, à Jeanne de Vernon qui, en l’épousant, l’apporta à François d’Argenton. Philippe de  Commynes en ayant hérité, y fit bâtir un grand corps de maison. Il y installa un pressoir. Vauzelle passa plus tard aux de Chatillon qui le conservèrent jusqu’à la Révolution. Sa cave était célèbre et l’on y produisait un vin fort apprécié.

  • VILLEGUE – La voir romaine de Poitiers à Angers y franchissait l’Argenton à gué. Le fief appartenait, en 1780, à Daniel de la Rue Drouville et, en 1789, à Alexandre Durozel qui émigra.

 

PICHAULT DE LA MARTINIÈRE - PREMIER CHIRURGIEN DU ROI

 

Chirurgien à Argenton-l’Eglise, Germain Pichault, dit « de la Martière », avait des prétentions nobiliaires. Fort aisé, il avait payé de ses deniers l’inscription de son blason sur l’armorial de d’Hozier.

Né en 1697 et prénommé Germain comme son père, le plus jeune de ses sept enfants (et qui, lui, accédera plus tard à la vraie noblesse) choisit également d’exercer l’art de la chirurgie dans son pays natal.

A 23 ans, en 1721, grâce à de hautes protections, il entra au service du prince Charles de Lorraine, grand écuyer du roi.

Vingt ans plus tard, s’étant risqué à soigner, au pied, Louis XV, que ses médecins estimaient atteint d’un mal incurable, il gagna d’un coup la confiance du roi.

Major des Gardes-Françaises, il fit un riche mariage en 1736. Nommé chirurgien du dauphin et premier chirurgien de Louis XV, il se vit confier la présidence de l’Académie de Chirurgie. Chargé d’honneurs et conseille du roi, il était l’un des mieux payé des seigneurs de la cour.

Après l’attentat de Damiens, en 1757, il sauva pour la seconde fois son illustre patient et obtint de lui qu’il répudiât Madame du Barry. L’avènement de Louis XVI  ne changea rien à la situation de la Martinière à la cour. Il conserva ses fonctions jusqu’à sa mort, le 17 octobre 1783, dans sa maison de Bièvre. Il avait 87 ans.

A ses héritiers, des petits propriétaires ruraux ébahis d’une pareille aubaine, il laissait trois millions en argent auquel s’ajoutaient les nombreux bijoux et objets d’art que ses riches clients lui avaient offerts.

ARGENTON-LES-RIVIÈRES

 

  • Le 9 mars 1789, un laboureur et un marchand, Pierre Couteleau et Jean Turpault, délégués par leurs compatriotes, participèrent à Saumur, à la réunion du Tiers-Etat avec la noblesse et le clergé.

  • Argenton-l’Eglise devint de 1790 à 1801 le chef-lieu d’un canton comprenant également les communes de Bagneux, Bouillé-Loretz, Cersay, Bouillé Saint-Paul et Saint-Pierre-à-Champs.

  • La commune, un moment appelée Argenton-les-Rivières pendant la Terreur,  fut l’une des rares du canton  à ne pas participer à l’insurrection vendéenne. De ce fait, aucun combat ne se déroula sur son territoire.

  • Sa garde nationale apporta à diverses reprises son appui aux troupes républicaines. Elle comprenait, s’ajoutant aux 205 volontaires du chef-lieu de canton, 200 de Bouillé-Loretz, 116 de Cersay, 120 de Bouillé-Saint-Paul et 95 de Saint-Pierre-à-Champs, soit en tout 636 hommes, commandés par le citoyen Chauvin l’aîné, de Bouillé-Loretz.

  • Le 31 janvier 1796, les administrateurs du canton signalaient à ceux du département l’impossibilité dans laquelle se trouvaient les habitants de la commune de verser dans les délais leur contribution au titre de l’emprunt forcé, la localité ayant eu à souffrir pendant dix neuf mois d’un cantonnement de troupe et ayant eu fréquemment à subir les exactions de l’armée vendéenne.

  • Le curé de la paroisse, l’abbé René Hamet prêta tous les serments exigés par la République. Bénéficiant d’un traitement de 800 livres, il ne quitta pas son presbytère et, en août 1796, rouvrit son église aux cérémonies du culte.

  • En 1801, il rétracta ses serments, accepta le Concordat et continua d’exercer son ministère paroissial jusqu’à sa mort en 1808.

  • Des terres confisquées sur l’abbaye de Brignon, la cure de la paroisse, le prieuré de Clairet et les chapelles des Mortons, des Turlet, Saint-Martin et de Clairet furent vendues à des habitants de la commune ou des environs.

  • Le 27 août 1796, la municipalité d’Argenton-l’Eglise célébra avec éclat l’anniversaire de la nuit du 10 août 1789 au cours de laquelle furent détruites les bases de la sociétééé de l’Ancien Régime. Les membres de la municipalité, les fonctionnaires communaux, le maître d’école et ses élèves, un groupe important de citoyens et citoyennes du bourg et de la campagne participèrent   au défilé conduit par la Garde Nationale. Des hymnes patriotiques furent chantés devant l’arbre de la liberté et des danses terminèrent la journée.

  • Pendant la guerre de Vendée, un camp républicain destiné à surveiller la région fut installé à la Gouraudière.

 

 

LA COMPLAINTE DU ROI

 

Catherine Sapinaud était, pendant la Révolution, demoiselle de compagnie, à Thouars, dans la famille des Dorides. On la pria, un soir, de chanter « la complainte du Roi » qui venait d’être composée après l’exécution de Louis XVI. Elle se fit prier puis obéit. Quelques jours après, elle fut arrêtée, de même que ses maîtres, sur la dénonciation de l’officier qui l’avait tant priée. Emprisonnée à Poitiers, elle fut sauvée de l’échafaud par la chute de Robespierre, le 28 juillet 1794.

Le calme revenu, elle alla habiter chez sa mère à Argenton-les-Rivières. Elle y épousa un officier républicain de la garnison, le capitaine Potel.

 

UN TUÉ PAR ERREUR ET UN BLESSÉ EN 1815

 

Au cours de la chouannerie de 1815, le 21 juin, lors de l’attaque de Thouars par les royalistes commandés par Auguste de la Rochejaquelein, Dupérat et Canuel, l’un des officiers de la garde nationale d’Argenton-l’Eglise, Bridier, fut tué par erreur, sur la route de Vrines par des hussards du 2ème de ligne qui l’avaient pris pour un chef royaliste.

Un autre argentonnais, Pierre Pichot, sergent-major de la garde nationale, blessé le même jour de deux balles à la cuisse succomba le lendemain.

 

DES OPPOSANTS SOUS LE SECOND EMPIRE

 

Dans un rapport, adressé le 15 novembre 1855 au préfet des Deux-Sèvres, le commissaire de police de Thouars signalait comme étant un « individu dangereux » le sieur Billaud, maire d’Argenton-l’Eglise. Il le suspectait d’appartenir à la société secrète « La Marianne », d’inspiration socialiste, fondée à Londres par Ledru-Rollin. « Un certain nombre d’ouvriers et de fonctionnaires lui sont tout dévoués » écrivait-il « et se livrent à une propagande active contre le Second Empire ».

Le même fonctionnaire dénonçait en même temps un facteur de la localité, Moncaré qui, lorsqu’il était ivre se promenait dans le bourg en criannt « Vive la République !» et un tailleur du bourg, Razillard, considéré comme un ennemi déclaré du gouvernement.

 

LES ÉCOLES

 

Répondant en décembre 1800 au sous-préfet de Thouars, le maire lui signalait que l’instituteur du bourg instruisait un quarantaine d’élèves, filles et garçons. L’année suivante, il indiquait que ledit maître d’école, connaissant le latin, enseignait depuis huit ans l’écriture, l’arithmétique et les principes de la religion chrétienne.

En 1830, le sieur Vallée, aubergiste épicier, buraliste et chantre à l’église était également instituteur.

En 1805, six moulins à eau et quatre à vent fonctionnaient dans la commune et, en 1859, deux à vent et trois à eau.

Plusieurs tisserands y fabriquaient toiles et coutils. Ces vieux métiers traditionnels y ont cédé la place à quelques industries et à une importante fabrique de clapiers, garages et chalets.

La commune comptait 882 habitants en 1821, 931 en 1866, 997 en 1911,1006 en 1954, 1203 en 1975 et 1473 en 1982.

                                                    

Source  Maurice Poignat Le pays thouarsais